Point sur les mesures de soutien aux entreprises

Vous êtes une entreprise, un indépendant, vous êtes en difficulté suite à la crise sanitaire ou au contexte international, ou vous recherchez des aides à la relance ? Seine-et-Marne Attractivité a compilé pour vous tous les liens utiles pour connaître les mesures de soutien dédiées aux entreprises.

Dernière minute

Janvier 2023 : tout savoir sur les aides aux entreprises – notamment aux boulangers

Suite aux dernières annonces du gouvernement de janvier 2023, vous souhaitez tout savoir sur les dispositifs de soutien actuellement mobilisables pour les entreprises, notamment en matière d’aide au paiement des factures d’énergie ?

Vous trouverez toutes les informations dans le livret d’accompagnement des entreprises élaboré par la DDFIP 77 et actualisé à la date du 10/01, ainsi que dans la note dédiée spécifiquement aux boulangers. Vous y trouverez également les principaux interlocuteurs à contacter en fonction de vos besoins.

Prolongation jusqu’à fin 2027 de l’aide exceptionnelle à l’embauche d’apprentis et de salariés en contrat de professionnalisation

Dans la continuité des aides décidées lors de la crise du Covid pour développer l’apprentissage, le gouvernement avait annoncé en décembre 2022 la prolongation de l’aide à l’embauche d’alternants pour 2023 avec une aide de 6000 euros versée à toutes les entreprises pour les contrats conclus du 1er janvier au 31 décembre 2023.

Cette aide concerne l’embauche d’apprentis et de salariés en contrat de professionnalisation de moins de 30 ans, mineurs comme majeurs, pour la première année d’exécution du contrat.
Le 5 janvier 2023, le gouvernement a annoncé que cette aide de 6000€ sera finalement maintenue « jusqu’à la fin du quinquennat » afin d’atteindre l’objectif d’un million d’apprentis en 2027. Le montant de cette aide est unique quelle que soit la taille de l’entreprise, quel que soit le niveau de formation, quel que soit l’âge de l’apprenti.

>> Plus d’informations

Chèque efficacité énergétique : une nouvelle aide de la Région IDF pour faire face aux coûts de l’énergie

La Région Île-de-France a voté une nouvelle aide pour aider les entreprises à s’adapter à la hausse des coûts de l’énergie tout en accentuant leur performance énergétique. Le CHEQUE EFFICACITE ENERGETIQUE sera ouvert à compter du 01.12.22, vous trouverez toutes les informations à son sujet ici : Chèque efficacité énergétique | Région Île-de-France (iledefrance.fr).

Ce dispositif complète le corpus des aides régionales visant à accompagner la transition écologique des entreprises franciliennes :  Entreprises : vers la sobriété énergétique grâce à la Région (iledefrance.fr).

Coût de l’énergie : renforcement des dispositifs d’aides aux entreprises

Le gouvernement a annoncé le 27 octobre 2022 des évolutions du dispositif de soutien de l’État aux entreprises, aux collectivités locales et aux associations, face à la hausse des prix de l’énergie, pour la fin de l’année 2022 et l’année 2023.

Un nouveau dispositif d’amortisseur d’électricité pour une partie des TPE et pour toutes les PME
Toutes les TPE qui ne sont pas protégées par le bouclier tarifaire car elles ont un compteur électrique d’une puissance supérieure à 36 kVA et toutes les PME bénéficieront d’un nouveau dispositif d’amortisseur électricité :

  • ces entreprises, qu’elles aient déjà signé un contrat ou qu’elles soient en cours de renouvellement, bénéficieront du mécanisme dès lors que le prix du mégawattheure de référence pour la part d’approvisionnement au marché de leur contrat est supérieur à un niveau de 325€/MWh,
  • cet amortisseur se matérialisera par une aide forfaitaire sur 25 % de la consommation des entreprises, permettant de compenser l’écart entre le prix plancher de 325€/MWh et un prix plafond de 800€/MWh,
  • l’amortisseur sera plafonné à 800€/MWh afin de limiter l’exposition du budget de l’État à la flambée des prix : l’aide maximale serait donc d’environ 120€/MWh pour les entreprises concernées,
  • la réduction de prix induite par l’amortisseur électricité sera automatiquement et directement décomptée de la facture d’électricité de l’entreprise. Une compensation financière sera versée aux fournisseurs d’énergie par l’État via les charges de service public de l’énergie,
  • les modalités de fonctionnement de cet amortisseur tarifaire seront déterminées ultérieurement, par voie réglementaire.

Maintien du bouclier tarifaire pour les TPE
Toutes les TPE de moins de 10 salariés, ayant un CA de moins 2 millions € et possédant un compteur électrique d’une puissance inférieure à 36 kVA continueront à être éligibles au bouclier tarifaire des particuliers.

TICFE et ARENH
Toutes les entreprises continueront à bénéficier de la baisse de la fiscalité sur l’électricité (TICFE) à son minimum légal européen et du mécanisme d’ARENH (100TWh).

Le guichet d’aide au paiement des factures d’électricité et de gaz pour les ETI et les grandes entreprises prolongé et simplifié
Pour rappel, ce guichet, doté de 3 milliards d’euros, accessible sur le site de la DGFIP www.impots.gouv.fr a été mis en place pour les entreprises les plus affectées dès juillet 2022 et simplifié en septembre 2022. Il sera une nouvelle fois simplifié d’ici fin novembre 2022, afin d’accélérer son décaissement.

En ce qui concerne les factures d’électricité, pour les ETI et les grandes entreprises, le guichet d’aide au paiement des factures d’électricité sera prolongé en 2023. Les simplifications obtenues auprès de la Commission européenne, qui seront annoncées dans les prochains jours et mises en œuvre fin novembre 2022, seront maintenues en 2023. Toutes les informations concernant les critères d’éligibilité et les montants d’aides de ce guichet seront précisées prochainement.

En ce qui concerne la facture de gaz, toutes les entreprises auront accès, en 2023, au même guichet d’aide au paiement des factures de gaz dont les critères seront simplifiés fin novembre 2022.

>> Plus d’infos

Des mesures de soutien à la trésorerie

PGE résilience

Le PGE Résilience, mis en place en avril 2022 pour soutenir les entreprises affectées économiquement par la guerre en Ukraine, et qui devait prendre fin au 31 décembre 2022, a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2023.

Il s’agit d’une nouvelle version du PGE qui permet de couvrir jusqu’à 15 % du chiffre d’affaires annuel moyen au cours des trois dernières années, afin que les entreprises puissent faire face à leurs éventuelles difficultés de trésorerie.

Peuvent bénéficier de cette prolongation les entreprises :

  • n’ayant pas obtenu de PGE Résilience avant le 30 juin 2022 ;
  • ayant obtenu un PGE Résilience sans atteindre leur plafond de 15 % de chiffre d’affaires. Ces entreprises pourront effectuer auprès de leur banque une demande portant sur la partie restante de ce prêt.

Le reste des conditions et modalités attachées au PGE Résilience n’est pas modifié.

>> Plus d’infos

Fonds de transition pour les entreprises en difficulté

Ce fonds, lancé en septembre 2021 et doté de 3 milliards d’euros, doit permettre de soutenir les entreprises dont l’activité a été affectée par la crise sanitaire et qui rencontrent des besoins de financement ou de renforcement de leur bilan, par des prêts et des instruments de quasi-fonds propres. Il vise principalement les entreprises de taille intermédiaire et grandes entreprises de tous secteurs (à l’exception du secteur financier) directement affectées par les répercussions de la crise. Il s’agit notamment des entreprises de secteurs tels que l’hôtellerie-café-restauration, tourisme, événementiel, commerce, distribution, transports, etc. Pour y prétendre, celles-ci doivent rencontrer des besoins de financement persistants ou de renforcement de leur bilan, que les instruments existants ne permettent pas de combler. Ces entreprises doivent également démontrer la pérennité de leur modèle économique.

Le fonds est géré au sein du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance. Les demandes de financement peuvent être transmises par courrier électronique.

>> Toutes les infos

Ressources humaines

Activité partielle de longue durée

Qu’est-ce que c’est ?

L’activité partielle de longue durée s’inscrit dans le Plan de relance et a pour objectif d’aider les entreprises à faire face à la crise du COVID-19 en préservant les emplois et sauvegardant les compétences. Il s’agit d’un dispositif temporaire qui devait s’arrêter le 30 juin 2022, mais qui a été prolongé par le Gouvernement pour l’année 2022 du fait des conséquences de la guerre en Ukraine sur l’activité des entreprises (difficultés d’exportation et difficultés d’approvisionnement et de coût de matières premières). Ainsi, plusieurs aménagements sont mis en place :

  • la possibilité de prolonger jusqu’à 12 mois supplémentaires le bénéfice de l’APLD pour les accords déjà signés ;
  • la possibilité de négocier des accords APLD jusqu’au 31 décembre 2022 au lieu du 30 juin 2022 ;
  • la possibilité d’adapter les termes d’un accord APLD pendant toute sa durée afin de prendre en compte l’évolution de la situation économique de l’entreprise pendant la crise ;
  • la mise en place d’un accompagnement par les services de l’État des branches et des entreprises non couvertes à date et qui souhaiteraient négocier un accord très rapidement.

Quelles entreprises peuvent avoir recours à l’APLD ?

L’activité partielle de longue durée est destinée à toutes les entreprises qui connaissent une réduction durable de leur activité.

Activité partielle de longue durée : comment ça marche ?

Avec l’activité partielle de longue durée, vous pouvez diminuer l’horaire de travail d’un ou plusieurs salariés dans la limite de 40 % de l’horaire légal. Ce dispositif peut être mis en place durant 24 mois, consécutifs ou non, s’écoulant sur une période de 3 ans.

Pour mettre en place l’activité partielle de longue durée vous devez prendre des engagements, notamment en matière de maintien de l’emploi. En contrepartie de ces engagements, vous percevez une allocation pouvant représenter jusqu’à 70 % de la rémunération antérieure brute du salarié placé en activité partielle de longue durée.

>> Plus d’informations

Synthèse des aides de l’Etat sur le volet RH et organisationnel

Dans le cadre de la crise sanitaire et économique, la DRIEETS IDF se mobilise aux côtés des entreprises et de leurs salariés pour les accompagner sur le volet RH et organisationnel.
Ainsi, une cartographie des aides d’État d’accompagnement dans la gestion RH et organisationnelle (recruter, former ses salariés, réorganiser le travail) a été réalisée et mise en ligne sur le site de la DRIEETS IDF via ce lien.
Cette cartographie vous permet d’identifier, en fonction des besoins de l’entreprise, l’ensemble des solutions mobilisables à l’échelle régionale via un simple clic sur l’aide identifiée.

Organisation du travail : Dispositif objectif reprise

Piloté par la DRIEETS et porté par l’ANACT, ce dispositif propose aux TPE-PME de moins de 250 salariés de bénéficier gratuitement d’appui et conseils en matière d’organisation du travail, de prévention des risques et de relations sociales, afin de sécuriser la reprise ou la poursuite de leur activité dans les meilleures conditions possibles.

>> Plus d’infos

FNE-Formation

Le FNE-Formation prend la forme d’une convention entre l’État et l’entreprise, le cas échéant, par l’intermédiaire d’un opérateur de compétences (OPCO). Les formations financées dans le cadre de ce dispositif doivent permettre aux salariés de favoriser leur employabilité, dans un contexte de mutations économiques. Les formations obligatoires à la charge de l’employeur sont exclues.

>> Toutes les infos

Aides à l’embauche

Le plan « 1 jeune, 1 solution », lancé à l’été 2020 dans le cadre de France Relance, vise à offrir une solution à chaque jeune. Avec plus de 9 milliards d’euros investis, il mobilise un ensemble de leviers : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté, etc. afin de répondre à toutes les situations. L’objectif est de ne laisser personne sur le bord de la route.

>> Plus d’infos sur le plan « 1 jeune, 1 solution »

Aides pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans en CIE ou en PEC

Dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution », et afin de faciliter l’entrée dans la vie professionnelle des jeunes de moins de 26 ans, les employeurs peuvent bénéficier :

  • D’une aide à l’embauche d’un jeune en Contrat Initiative Emploi Jeunes (CIE Jeunes) dans le secteur marchand allant jusqu’à 47 % du Smic, versée aux employeurs qui recrutent un jeune âgé de moins de 26 ans ou un jeune reconnu travailleur handicapé jusqu’à 30 ans inclus. Il s’agit d’un CDI ou d’un CDD d’au moins 6 mois qui permet à un jeune sans emploi rencontrant des difficultés particulières d’insertion professionnelle ou sociale, de s’engager dans une expérience professionnelle tout en étant suivi par un référent chargé de son insertion professionnelle.
  • D’une aide à l’embauche d’un jeune en Parcours Emploi Compétences (PEC Jeunes) dans le secteur non marchand : l’association qui recrute un jeune âgé de moins de 26 ans ou un jeune reconnu travailleur handicapé jusqu’à 30 ans inclus en CDI ou en CDD d’une durée de 6 à 12 mois reçoit une aide financière à hauteur de 65 % du Smic ou de 80 % lorsque le jeune réside en quartier prioritaire de la ville (QPV) et zone de revitalisation rurale (ZRR).

Prolongation jusqu’en 2027 de l’aide aux employeurs qui recrutent en apprentissage

Dans la continuité des aides décidées lors de la crise du Covid pour développer l’apprentissage, le gouvernement avait annoncé en décembre 2022 la prolongation de l’aide à l’embauche d’alternants pour 2023 avec une aide de 6000 euros versée à toutes les entreprises pour les contrats conclus du 1er janvier au 31 décembre 2023.
Cette aide concerne l’embauche d’apprentis et de salariés en contrat de professionnalisation de moins de 30 ans, mineurs comme majeurs, pour la première année d’exécution du contrat. Le 5 janvier 2023, le gouvernement a annoncé que cette aide de 6000€ sera finalement maintenue « jusqu’à la fin du quinquennat » afin d’atteindre l’objectif d’un million d’apprentis en 2027. Le montant de cette aide est unique quelle que soit la taille de l’entreprise, quel que soit le niveau de formation, quel que soit l’âge de l’apprenti.

>> Plus d’infos

Volontariat territorial en entreprise « vert »

Dans le cadre du plan « 1 jeune,1 solution », les employeurs peuvent bénéficier d’une aide de 8000€ pour l’accueil d’un jeune en Volontariat Territorial en Entreprise (VTE) « Vert » pour travailler sur les sujets de transition énergétique et écologique, tels que :

  • Mise en place d’un approvisionnement et d’une chaîne logistique vertes ;
  • Adaptation des process industriels pour une production plus sobre ;
  • Création de nouveaux produits/service à faible impact environnemental ;
  • Réduction de l’impact environnemental d’un produit/service.

Accompagnement

La mission d’accompagnement des entreprises en difficulté (ou Plan de sortie de crise) lancée à la mi-2021 pour aider les entreprises toujours dans une position vulnérable en sortie de crise sanitaire est prolongé jusqu’au 31 décembre 2022. Ce plan prévoit un accompagnement au niveau local des entreprises en situation de fragilité financière pour les aider dans leurs échanges avec leurs créanciers pour obtenir un aménagement du remboursement de leurs prêts ou de leurs impôts et cotisations. Les entreprises ayant emprunté moins de 50.000 euros, et qui affichent des difficultés à rembourser un PGE, ont la possibilité d’étaler leurs paiements jusqu’à 10 ans, mais également de reporter la première échéance à six mois. Les entreprises dont le PGE se monte à plus de 50.000 euros, elles, ont la possibilité de saisir le conseil départemental de sortie de crise, dont le rôle est d’accompagner l’entreprise et de lui proposer la solution la plus adaptée, la renvoyant « si besoin » vers la médiation du crédit. Environ 10.000 entreprises auraient déjà sollicité ce dispositif.
>> Plus d’infos

2 plateformes régionales d’accompagnement des entreprises : Assist entreprise et Place des entreprises

La Région Ile-de-France et ses partenaires ont développé un service anonyme et gratuit « Assist Entreprise » destiné aux TPE/PME, commerçants et artisans franciliens, afin de les aider à résoudre leurs difficultés, avec un accès à des experts pour prévenir les risques de défaillance et identifier rapidement les solutions à mettre en place.

L’Etat, en partenariat avec la Région Ile-de-France, a également mis en place un portail en ligne « Place des entreprises » pour aider les TPE/PME dans leurs projets, difficultés, questions du quotidien, afin de trouver le bon interlocuteur. Toutes les thématiques imaginables peuvent être traitées : ressources humaines, investissement, difficultés financières, développement commercial, stratégie numérique, santé et sécurité au travail, transition écologique… ou comment s’y retrouver parmi les centaines d’aides disponibles en France.

Aides à la transformation numérique (création de site internet…)

Pour accompagner les entreprises dans leur transformation numérique, l’Etat a mis en place la plateforme « France Num » où elles peuvent obtenir des informations, recommandations et contacts pour les aider dans leurs démarches

Un chèque numérique pour des commerces mieux connectés

Les artisans et commerces de proximité représentent près de 150.000 établissements en Île-de-France, mais seul 1 sur 2 accorde une importance stratégique aux outils numériques.

Pour combler ce retard, la Région propose :

  • Depuis novembre 2019, le « chèque numérique pour un commerce connecté » à l’intention des commerçants et artisans (volet 1),
  • Depuis juillet 2020, le « chèque numérique pour un commerce connecté » pour les communes (ou groupements de communes) voulant développer le commerce numérique des commerces de leur territoire (volet 2).

Chèque numérique pour les commerçants et artisans (volet 1)

Le Chèque numérique pour les commerçants et artisans peut atteindre 1.500 euros.

Il est destiné à tous les commerçants et artisans indépendants d’Île-de-France (même les artisans sans point de vente et non sédentaires) dès lors qu’ils ont moins de 20 salariés.

Ses 3 objectifs :

  • Améliorer la gestion digitale : Par des abonnements à des solutions digitales pour une meilleure gestion de leur boutique (caisse connectée, gestion des stocks, gestion clientèle…).
  • Développer le « Web-to-store » grâce au marketing digital : Par des dépenses telles que référencement, achat de mots clés, publicités sur les réseaux sociaux…
  • Booster les ventes grâce au e-commerce : Par la réalisation d’un site Internet, l’abonnement à une marketplace ou la prise en charge des commissions sur vente prévues par les plateformes en ligne.

>> Plus d’infos

Aide à l’innovation

La Région Île-de-France en partenariat avec Bpifrance renforce et simplifie l’aide régionale à l’innovation, Innov’up, destinée à soutenir les PME et ETI franciliennes (y compris les associations porteuses d’une activité économique) portant un projet d’innovation, à tous les stades de maturité (faisabilité, développement, prototype, expérimentation) et quelle que soit la nature de l’innovation (technologique, de procédé, de design, innovation sociale…). Le plafond de subvention est porté de 100 000 € à 500 000 € et celui du complément d’avance récupérable ou de prêt bonifié est porté de 1 à 3 millions d’euros par projet. Pour simplifier l’accès aux aides, un guichet et un dossier unique sont désormais accessibles : ICI.

Aides à la relance

La préfecture de la Région Île-de-France et Aides-territoires ont lancé un portail Internet dans le cadre du plan de relance « France Relance », qui rend plus facilement accessibles toutes les aides à destination des particuliers, des entreprises, des collectivités territoriales et des administrations. Il recense les aides récurrentes, les appels à projets, les appels à manifestation d’intérêt, etc. disponibles au niveau local, régional et national.

>> Plus d’infos

Aides régionales TP’up et PM’up relance

Les aides régionales TP’up et PM’up ont évolué pour accompagner la relance.

La Région a modifié 3 de ses aides phares pour les entreprises. TP’up, PM’up et PM’up Covid-19 sont devenues TP’up Relance et PM’up Relance, en s’ouvrant désormais à tous les secteurs d’activité, avec des montants pouvant être majorés.

Investir, se développer, engager une transition numérique et écologique, tels sont quelques-uns des objectifs des aides proposées. Il s’agit d’aider les TPE et PME porteuses d’une stratégie de croissance et créatrices d’emplois, avec de nouvelles priorités :

  • Ouverture à tous les secteurs,
  • Sauvegarde d’entreprises stratégiques menacées,
  • Relance de l’activité économique.

TP UP RELANCE

Concerne les TPE entre 0 et 10 salariés, réalisant moins de 2M€ de CA, pour financer un plan de développement sur 12 à 18 mois pour investir, se développer à l’international ou encore engager une transition numérique et écologique. Une subvention jusqu’à 55 000€/an, qui peut être portée à 150 000€ pour les projets répondant aux enjeux de souveraineté, à fort potentiel de création ou de maintien d’emplois, ou encore de sauvegarde de savoir-faire menacés.

PM’UP RELANCE

Concerne les PME et ETI de moins de 5000 salariés, réalisant moins de 50M€ de CA, pour financer sur 36 mois des actions d’investissement, de brevets, de conseil, de développement international et de recrutement de cadres. Une subvention jusqu’à 250 000€ par projet. Toutefois, elle pourra être portée à 500.000 euros pour les projets répondant aux enjeux de souveraineté, à fort potentiel de création ou de maintien d’emplois, ou encore de sauvegarde de savoir-faire menacés.

Dans certains cas, le montant de la subvention pourra s’élever jusqu’à 800.000 euros pour des projets d’installation de nouvelles capacités de production d’envergure sur le territoire francilien, entraînant la création ou la sauvegarde d’un nombre significatif d’emplois, ou d’une filière d’activité.

>> Plus d’infos

Plan de relance tourisme

Pour soutenir les acteurs de la filière Tourisme, Bpifrance et la Banque des Territoires, en collaboration avec les Ministères de l’Économie et des Finances et de l’Action et des Comptes Publics, et les Régions de France ont développé une plateforme pour permettre à chaque entreprise d’identifier les différentes aides dont elle peut bénéficier.
>> Plus d’infos

De plus, Jean Castex a présenté le 20 novembre 2021 un nouveau plan de reconquête et de transformation du tourisme sur 10 ans à 1,9 Milliard d’€, pour soutenir ce secteur fortement touché par la crise. « Destination France » vise à relancer le tourisme dans l’Hexagone et permettre à la France de garder son rang de première destination touristique mondiale. Ce plan est constitué majoritairement de prêts. Dans le détail, 750 millions d’euros prendront la forme de prêts tourisme, un outil de la banque Bpifrance, dédié aux PME et TPE du secteur touristique qui ont besoin d’investir pour se moderniser. 500 millions d’euros de prêt relance tourisme seront également proposés par le gouvernement : ces prêts de longue durée de la Banque des territoires sont destinés à accompagner des investissements importants d’entreprises ou de collectivités. Enfin, autour de 650 millions d’euros prendront la forme de nouveaux crédits, parmi lesquels : des aides au départ en vacances pour les plus démunis, d’autres pour faire revenir les exposants dans les salons et foires, ou encore pour permettre de développer un tourisme responsable.

>> Pour en savoir plus

Export

Plan de soutien aux entreprises françaises exportatrices PME et ETI avec 4 mesures : octroi de garanties de l’Etat, assurances prospection en cours prolongée, assurance crédit export et accompagnement par la Team France Export.
>> Toutes les infos

Aide à l’industrie

Lancement du Prêt « Nouvelle Industrie » de BPI pour les PME/ETI industrielles

Bpifrance a lancé un nouveau prêt qui cible en priorité les entreprises industrielles pour financer le lancement d’un démonstrateur industriel, d’une usine pilote ou d’une usine de production à fort risque technologique/industriel en France, avec l’objectif de soutenir la transition entre le prototype fonctionnel et l’usine de production. Ce prêt s’élève de 3M€ à 15 M€ sur 10 à 15 ans avec un différé de 3 ans, sans garantie, à taux fixe. Il permet de financer des dépenses matérielles, immatérielles ou un accroissement du BFR.

>> Plus d’informations

Vous êtes dirigeant, vous avez besoin d’un soutien psychologique ?

Pour vous apporter écoute et soutien moral à ceux qui en exprimerait le besoin, les Sentinelles d’Apesa Seine-et-Marne sont mobilisées. En les contactant, vous pourrez bénéficier de consultations avec un psychologue, partenaire d’Apesa.
>> Pour en savoir plus
>> Votre contact Apesa 77 :

Les numéros utiles

Qui contacter pour mieux connaître les aides mobilisables ?

• Vos interlocuteurs habituels à Seine-et-Marne Attractivité

Tél. 01 60 39 60 39

• Numéro spécial d’information sur les mesures d’urgence pour les entreprises mis en place par le Ministère de l’économie et de la Relance

Tél. 0806 000 245

• Votre référent unique à la DIRECCTE

Tél. 01 70 96 14 15
Email :

• La direction générale des Entreprises

Email :

• Cellule Covid-19 d’aide aux entreprises de la Région Île-de-France

Des conseillers sont à votre service pour vous guider afin de bénéficier de ces mesures exceptionnelles.
Tél. 01 53 85 53 85, du lundi au vendredi de 9h à 18h.
Email :

• Cellule urgence entreprise : Chambre de commerce et d’industrie d’Île-de-France

Tél. 01 55 65 44 44
Email :

• Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Seine-et-Marne

Tél. 01 64 79 26 36 Email :

• Chambre régionale de l’ESS (CRESS IDF) – Cellule d’urgence pour les dirigeants de l’ESS

Tél. : 01 76 38 06 78, les mardis et jeudi de 10h à 12h puis de 14h30 à 16h30
Email :

• Bpifrance

Pour contacter un conseiller : bpifrance.fr pour faire sa demande en ligne
Tél. 0 969 370 240 (n° vert gratuit)

Banque de France – Médiation du crédit

Correspondant TPE/PME de votre département :
Tél. 0 800 08 32 08 (service et appel gratuit)
Eail : (xx = n° du département)

Un Tiers de confiance de la Médiation du crédit
Tél. 0 810 001 210 (0,06 euro/min + prix d’appel)

Ressources complémentaires

N’hésitez pas à consulter régulièrement les différents sites administratifs pour connaître l’évolution des dispositifs.

gouvernement.fr/info-coronavirus
economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises
travail-emploi.gouv.fr
iledefrance.fr/covid-19
idf.drieets.gouv.fr

Plus d'actualités en Seine-et-Marne
agenda rendez vous service appui rh tpe pme associations seine et marne ateliers reunions collectifs gratuits
Les rendez-vous de l’appui RH en Seine-et-Marne

Le service d'Appui RH de Seine-et-Marne Attractivité est un outils de proximité proposé gratuitement aux dirigeant(e)s, chefs d'entreprise de TPE/PME ou responsables d'une association...

Lire la suite

Silver Economie
4 actions de la Région Ile-de-France en faveur de la « silver économie »

Au croisement des secteurs de la santé, du service à la personne et du numérique, la « silver économie » était au cœur des...

Lire la suite

Demarche innovation et de RD
L’Etat, la BPI France et la Région Île-de-France lancent un appel à projets pour soutenir les entreprises engagées dans une démarche d’innovation et de R&D

Dans le cadre du plan d'investissement "France 2030", l'ADEME vient de lancer un appel à projets dont l'un des objectifs est de soutenir la...

Lire la suite