Clément Papillon

Clément Papillon est un jeune réalisateur engagé de 24 ans installé à Chelles. Ambassadeur de « Seine-et-Marne Vivre en Grand ! » depuis les débuts de la marque, il est à la tête de Braw Pictures, une société de production audiovisuelle spécialisée dans la création de film numérique et argentique. La Seine-et-Marne nourrit sa passion pour le cinéma mais pas seulement. Découverte.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre histoire et votre parcours ?

Je suis né à Lagny-sur-Marne, mais j’ai ensuite vécu à Chelles jusqu’à aujourd’hui. J’ai toujours été en Seine-et-Marne. Mon quotidien, mon parcours tourne autour de ma passion pour le cinéma. À cause de mon handicap, j’ai cherché un moyen de me retirer dans ma bulle, et ça m’a rendu finalement très créatif. Le cinéma a été la seule façon que j’avais de m’évader.

J’ai commencé petit, peut-être dès cinq ans, avec des petits scénarios. Puis petit à petit, même au lycée, mon attrait pour les images et le visuel a pris sa place dans ma vie. J’avais option « cinéma » au lycée Gaston Bachelard. Je me suis lancé ensuite en faculté cinéma, mais au bout de deux ans j’ai arrêté. Un peu par impatience mais aussi par habitude d’apprendre par moi-même, j’ai préféré me lancer de mon côté ce qui me permettait de me consacrer à ce que j’aimais, tout en travaillant en parallèle comme photographe à Disneyland Paris. Je ne vis pas encore à 100% de ma propre société de production en autoentrepreneur mais c’est ma passion. Si je veux faire quelque chose, je m’en donne la possibilité et je sais que je suis capable de le faire.

En tant que réalisateur, qu’est-ce qui vous anime chaque jour ?

Tout d’abord, j’ai tenu à rester en Seine-et-Marne à Chelles parce que les boîtes de production sont essentiellement basées dans le 93 ou à Paris. Avec ma société de production et en plus de la fiction, je fais aussi des prestations vidéo plus artistiques (clip, publicité, reportage, interview, live session) et être basé à Chelles est vraiment stratégique.
En Seine-et-Marne, le calme et les paysages m’inspirent plus et nous avons accès à beaucoup de lieux, c’est un véritable carrefour où tout se connecte. C’est ici que j’ai fait mes premiers films. D’ailleurs, celui qui a lancé ma carrière il y a cinq ans a pu voir le jour grâce au financement participatif.

J’ai débuté avec le court-métrage car c’est ce qui coûte le moins cher tout en permettant de réunir une petite équipe. Le cinéma français est très difficile d’accès, mais j’ai réussi à participer à une soixantaine de festivals et j’ai reçu une trentaine de prix à l’étranger. Puis le cinéma engagé est venu naturellement à moi. Quand il s’agit de défendre une personne marginalisée, une culture rejetée, montrer les failles de la société pour l’améliorer, c’est important. Le 7e art ce n’est pas que pour divertir, mais pour faire passer un message. On dit souvent que le cinéma engagé dérange, mais en réalité, c’est une façon de montrer son soutien, son respect vis-à-vis de l’autre. Il y a une nouvelle génération de réalisateurs français engagés qui se forme et permet de faire avancer les choses dans le cinéma actuel, c’est réellement motivant.

Quels sont vos futurs projets ?

J’aimerais faire évoluer le studio de production en une vraie entreprise SAS et avoir mon propre local dédié au studio au lieu de faire de la maison (surtout depuis la pandémie). Les projets de films continuent mais je souhaiterais aussi être distribué dans plus de cinémas… Et pivoter doucement vers le long-métrage devrait me le permettre. Enfin, j’ai également un livre-photo en cours de publication.

Quels lieux seine-et-marnais vous inspirent le plus pour votre travail ?

La Montagne de Chelles a été un endroit un peu refuge pour moi, où mes idées se sont construites. Les balades dans les forêts de Ferrières et Favières… C’est vraiment là où l’inspiration se réveille. Je photographie le moment, puis après je peux passer des heures à écrire.

« Ouvrir le champ des possibles et oser en Seine-et-Marne », ça veut dire quoi pour vous ?

Des paysages pour penser, des personnes différentes que l’on peut rencontrer chaque jour… Il y a tellement d’opportunités en Seine-et-Marne que tout est vraiment possible.

Quels potentiels souhaitez-vous voir le jour sur le département ?

Une vie culturelle cinématographique plus riche, notamment avec des festivals qui sortent des classiques autour du patrimoine ou de la musique. La Seine-et-Marne est un département où beaucoup de tournages ont lieu, et ce n’est pas encore assez mis en valeur.

Que diriez-vous à quelqu’un qui hésite à venir vivre et travailler en Seine-et-Marne ?

La vie y est paisible, le travail il y en a beaucoup, et surtout c’est une bonne région pour y passer un Week end ou même se divertir au fil des jours.

Suivez l’actualité de Clément Papillon :

Et sur les réseaux sociaux : Facebook et Instagram

Visionnez ses deux derniers court-métrages :

Liste de prix étrangers reçus

Vous aussi la Seine-et-Marne vous inspire au quotidien ? Que vous habitiez en Seine-et-Marne depuis hier, aujourd’hui, ou toujours… Que vous connaissiez les meilleurs spots du territoire ou que vous les découvriez depuis peu… Devenez Ambassadeur de la Seine-et-Marne et osez vous révéler !
A vous de jouer en remplissant le formulaire d’adhésion des ambassadeurs dès maintenant !
Découvrez leurs témoignages
C’est la forêt de Fontainebleau qui m’a inspiré "Chœur de Bois".
Nathanaël Minin
Jeune créatif déterminé

Lire plus de témoignages