Albertine Gentou

Albertine Gentou et la Seine-et-Marne
La Seine-et-Marne est riche d’un patrimoine architectural mais également d’un patrimoine naturel que l’on ne trouve pas partout, ses cours d’eau, ses forêts, font de ce département un lieu de vie idyllique.
AGentou

Elle préfère qu’on l’appelle Albertine, un prénom qui nous fait penser à ceux des personnages des « Contes du Chat Perché » de Marcel Aymé. Albertine est écrivaine, romancière très attachée à son département d’adoption : la Seine-et-Marne.

Un département qui l’a beaucoup inspirée puisque cette année, Albertine lui a consacré deux ouvrages.

Albertine, parlez-nous de vous, de votre parcours ?

« Je suis journaliste, écrivaine, j’écris depuis toujours ! J’ai travaillé pour la presse écrite durant des années : Libération, Rock&Folk, Métal Hurlant, l’Echo des Savanes, où je réalisais des portraits et des interviews de personnalités du monde culturel : Serge Gainsbourg, Karl Lagerfeld, Véronique Sanson entre autres.

Ensuite je me suis orientée vers l’édition, j’ai écrit une biographie de Louise de Vilmorin, une femme qui a énormément compté au 20ème siècle. Fiancée de St Exupéry, compagne d’André Malraux à la fin de son existence, elle a eu une vie extrêmement riche mais sa réputation de mondaine a nui à sa notoriété d’écrivain, la biographie que j’ai pu écrire a permis, en quelque sorte, de lui redonner ses lettres de noblesse ».

J’ai écrit différents livres pour les éditions Michel Lafon, j’accompagnais les témoins d‘actualités, j’ai interviewé une survivante du Rwanda par exemple, j’ai aussi accompagné des médecins dans leurs témoignages de vie et j’ai écrit à ce propos une quinzaine de livres.

J’ai également été Directrice littéraire, puis en 2017 on m’a demandé d’écrire la biographie de Anne-Marie Javouhay, un personnage incroyable, une religieuse née dix ans avant la Révolution Française qui avait la foi chevillée au corps et qui a créé « l’ordre de Saint Joseph de Cluny ». Elle s’est démenée pour ouvrir des écoles après la Révolution et a œuvré dans les colonies françaises (Guyane, Sénégal, Madagascar, etc…) en créant des villages, elle était vénérée dans ces pays et c’est pourquoi j’ai accepté d’écrire sur elle car c’est un personnage méconnu.

Ensuite, j’ai écrit « Pour l’Amour de Fontainebleau », un ouvrage demandé par les éditions Magellan afin que je livre mes impressions personnelles sur Fontainebleau et sa région, une façon de faire découvrir ce territoire de Seine-et-Marne à travers une vision intime et personnelle. Ce n’est pas un « guide du routard » mais plutôt un ouvrage qui sert de souvenir ou de journal de bord.

Vint ensuite, en 2018, la biographie sur Rosa Bonheur, un livre de mémoires inspiré de ce que l’artiste peintre avait confié à Anna Klumpke, sa fille adoptive. J’ai revu sa vie à la première personne comme si c’était elle qui parlait.

Le polar « Sorcières de féministes », publié aux éditions des Auteurs d’Aujourd’hui en juin 2022, est une histoire qui se passe en Seine-et-Marne, entre Féricy, Héricy, Bois-le-roi, Melun et Fontainebleau. L’héroïne est une journaliste âgée de 60 ans, je trouve qu’on ne met pas assez en lumière les femmes de cet âge. Elle travaille à la Dépêche de Seine-et-Marne et mène ses enquêtes à la barbe de la police. La découverte d’un cadavre à Bois le roi l’entraine sur la piste des féministes des années 70, et de fil en aiguille on en revient aux féministes d’aujourd’hui. Le Polar est un prétexte pour parler d’une époque, d’un groupe de femmes et de la région. Je suis en train d’écrire la suite et elle devrait paraître en juin 2023, toujours la même héroïne mais elle va s’attaquer aux échecs des opérations chirurgicales.

En octobre 2022 est paru « Les Femmes de Seine-et-Marne », c’est une série de portraits courts de femmes d’hier et d’aujourd’hui, je me suis amusée à écrire sur le territoire à travers les yeux de ces femmes en reliant chacune d’elle a un lieu géographique du département. Le livre commence par Elisabeth Daynès, une paléo-artiste (elle reconstitue en sculpture de cire les hommes et les femmes de la préhistoire) elle a d’ailleurs exposé en 2012 au Musée de Préhistoire à Nemours, elle est mondialement connue (expositions à New-York, Barcelone…), une de ses œuvres est toujours exposée au Musée. Il y a également Blanche de castille, l’Impératrice Joséphine, Rosa Bonheur, mais aussi des contemporaines comme Vanessa Paradis ou Mélody Gardot. »

Pourquoi la Seine-et-Marne est-elle si présente dans vos œuvres littéraires, vous en êtes native ?

« Je ne suis pas née en Seine-Marne, je suis une parisienne pure et dure et j’ai immigré en 2004 dans le département. A l’époque mon mari et moi avions adopté deux enfants nés à Madagascar et nous pensions que c’était la région idéale pour les élever dans les meilleures conditions, c’est un territoire où l’on se sent bien, très nature, le lieu idéal pour y élever ses enfants. Etant maman donc, j’ai découvert la Seine-et-Marne sous toutes ses coutures, quand on a deux enfants qui étudient à Fontainebleau il faut aller les chercher au lycée, chez les copains etc… cela m’a permis de découvrir ce territoire et d’en tomber amoureuse. »

Quel(s) endroit(s) affectionnez-vous tout particulièrement en Seine-et-Marne ?

« Nous avons beaucoup vécu autour d’Héricy, Samoreau, au décès de mon mari, je suis allée vivre à la Grande Paroisse, je n’avais pas envie de quitter la région, mais en même temps je souhaitais réécrire une page blanche. Je suis quand même très attachée à Fontainebleau et ses alentours : Moret-sur-Loing, Thomery, les gorges d’Apremont, Larchant, le parc de Bel Ebat à Avon, les vestiges de l’abbaye de Dammarie… Provins… La Seine-et-Marne est riche d’un patrimoine architectural mais également d’un patrimoine naturel que l’on ne trouve pas partout. Ses cours d’eau, ses forêts, font de ce département un lieu de vie idyllique. »

Comment imaginez-vous votre implication et votre rôle en tant qu’ambassadrice de notre marque de territoire « Seine-et-Marne, Vivre en Grand ! » ?

Je participe déjà à des manifestations culturelles, le 25 novembre dernier j’ai coanimé au cinéma de l’Ermitage un débat à l’occasion de la journée contre la violence faite aux femmes. Le 14 décembre je suis invitée à l’Université Inter-âges de Melun pour parler de mon livre sur Rosa Bonheur. En 2023, j’ai rendez-vous dans une maison de retraite Domitys pour la signature de mon livre sur les femmes de Seine-et-Marne et bien d’autres séances de dédicaces. Tous ces rendez-vous sont en quelque sorte ma façon à moi d’œuvrer pour l’attractivité de la Seine-et-Marne.

Je peux aussi me mettre à disposition de la marque de territoire, pour écrire des articles, rencontrer des gens, j’espère d’ailleurs organiser, à l’occasion de la sortie de mon livre consacré au deuil, des groupes de paroles sur ce thème afin d’aider et de donner la possibilité aux personnes de s’exprimer sur ce thème douloureux.

Parler de la Seine-et-Marne c’est laisser parler les seine-et-marnais ! »

Où retrouver notre nouvelle ambassadrice Albertine Gentou ?

Découvrez leurs témoignages
Comme j’aime souvent le dire, ce n’est pas moi qui suis allé vers les abeilles mais les abeilles qui sont venues vers moi…
Julien et la miellerie de Sébastien
Empathique - courageux

Lire plus de témoignages

portrait miel julien baus seine et marne 77