Les trois spots incontournables de Barbizon

21Sept. 22
Lu en 2 min.
S'évader
Barbizon

1/ Les musées dédiés aux précurseurs du mouvement impressionniste

L’Auberge Ganne, institution locale, et son annexe, la maison-atelier de Théodore Rousseau où l’artiste vécut ses vingt dernières années, accueillent désormais le Musée des peintres de Barbizon. Sur ces deux sites sont présentées des expositions temporaires et, de manière permanente, des reconstitutions de pièces de vie avec des objets d’époque, du mobilier, des portes de placard et des murs qu’ils ont eux-mêmes décorés, une collection de leurs peintures, dessins et estampes, ainsi qu’une fresque sur bois, étonnante œuvre collective. Un peu plus loin, le musée Jean-François Millet, installé dans ce qui fut sa propre demeure pendant plus de trente ans, rend hommage au chef de file de l’école de Barbizon.

Pour davantage de détails, c’est par ici.

2/ La Grande Rue du village et ses boutiques et galeries d’art

N’hésitez pas lors de votre visite à flâner dans les rues pavées et à pousser la porte des petites boutiques et des galeries d’art ! La Grande Rue du village semble en effet porter en elle le souvenir de cette période de frénésie artistique et intellectuelle. Bordée de belles maisons, elle fera également le bonheur des gourmands qui souhaiteraient faire une halte dans l’une de ses bonnes tables.

Pour en savoir plus sur le village, c’est par ici.

3/ La forêt de Fontainebleau et son circuit des peintres

La forêt domaniale de Fontainebleau a été l’une des principales sources d’inspiration des peintres paysagistes. En témoigne le circuit des peintres de Barbizon, parcours balisé et sans difficulté d’environ deux heures, qui débute au cœur du village avant de se poursuivre en forêt. Ponctué de réserves artistiques et de surprises comme le rocher de l’Éléphant, une sculpture en roche naturelle, ou le médaillon Millet-Rousseau, en hommage aux deux artistes qui ont séjourné́ à l’Auberge Ganne. Les visiteurs pourront également admirer les chaos rocheux peints par Corot et les vieilles futaies de chênes centenaires où le peintre Lantara gardait ses vaches.

Rendez-vous ici pour plus d’infos.

Abonnez-vous à la newsletter

Une dose d’inspiration une fois par mois dans votre boîte mail

femme-parc