Les filières d'excellence

L’agriculture et l’agroalimentaire

L’agriculture et l’agroalimentaire comptant 2 420 exploitations et 5 700 emplois, et générant plus de 600 M€ de chiffre d’affaires par an, l’agriculture fait de la Seine-et-Marne le premier département agricole d’Ile-de-France (59 % de sa superficie est couverte par des terres agricoles). Outre la production céréalière, laitière et maraîchère, l’agriculture seine-et-marnaise est également porteuse de débouchés importants en matière de production d’énergies propres (méthanisation et biomasse notamment).

L’industrie des matériaux

Grâce à ses nombreuses carrières qui lui permettent d’être à la pointe de la production de granulats et du recyclage/valorisation des matériaux inertes, mais également grâce à son réseau fluvial (Seine amont), la Seine-et-Marne est un territoire particulièrement propice au développement de cette filière par ailleurs poussée par les projets d’aménagements du Grand Paris.

La construction et la ville durable

Avec son tissu d’entreprises très diversifié (grands groupes, sociétés spécialisées dans la rénovation, ETI, TPE/PME innovantes), ses pôles universitaires et de recherche (Université Gustave Eiffel, Pôle EDF des Renardières…) et son gisement important de matériaux biosourcés (chanvre, miscanthus, bois}, la Seine-et-­Marne est en mesure de s’engager dans une démarche particulièrement innovante dans la filière de l’éco-construction.

La logistique

Vecteur important de développement économique pour la Seine-et-Marne qui a accueilli des projets majeurs au cours des dernières années (Parisud, A5 Sénart, Marne-la-Vallée, Mitry-Mory, Val Bréon … ), cette filière connaît d’importantes mutations technologiques et s’inscrit au cœur des enjeux de transition énergétique (maîtrise de la consommation foncière, réduction des nuisances environnementales … ).

Tourisme et loisirs

Avec 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel et 31 000 emplois directs, le tourisme est une filière clé de l’économie seine-et-marnaise qui nécessite d’être structurée en réseaux pour adapter son offre aux besoins de la clientèle (francilienne, française et internationale), de développer ses axes de spécialisation (slow tourisme) pour se différencier des autres territoires, et de renforcer la formation et les compétences des professionnels du tourisme.

Industrie du futur

Cette filière, labellisée par le Conseil national de l’industrie, est aujourd’hui une des plus structurées en France grâce notamment à l’action de l’organisation AIF (Alliance Industrie du Futur) qui a su fédérer les acteurs de la filière en coordonnant leurs initiatives, projets et travaux autour de la communauté du label « French Fab ». La Seine-et-Marne occupe une place de choix dans cette filière grâce à la présence sur son territoire de grands groupes et entreprises industrielles innovantes (Safran, EOZ, JPB System, Oxand, Elcimaï, SILEC Gables … ) et de pôles scientifiques et universitaires (ICAM, UPEM, Campus numérique … ) qui répondent aux besoins de transformations et proposent des outils d’appui à la création d’entreprises.

Intelligence artificielle

Grâce à sa couverture numérique exceptionnelle, ses pôles universitaires et de recherche spécialisés (Esiee Paris, ICAM, UGE. .. ), son tissu de TPE/­PME actives dans la filière (Renishaw, Roland, Shunk lntec, Balyo, lnduselec … ) et ses réserves foncières, la Seine-et-Marne dispose d’un potentiel de développement très fort autour des enjeux de l’IA (usine 4.0, internet des objets, Big Data, impression 30, réalité virtuelle et augmentée, robotique, data centers … ), avec un fort potentiel en termes de création d’emplois.

Hydrogène

Considérée comme une des filières clés pour réussir l’objectif de neutralité carbone en 2050 et porteuse d’un fort potentiel d’emplois (3 500 emplois en 2021, 100 000 visés en 2030), elle est particulièrement soutenue par le Gouvernement dans le cadre de la Stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène, qui définit les priorités pour la décarbonation de l’industrie et des mobilités.

Aéronautique

Représentant, avant la crise sanitaire, près de 350 000 emplois en France (dont 30 % en lie-de-France), cette filière est particulièrement dynamique en Seine-et­Marne autour des pôles de Roissy et de Villaroche, avec une offre de formation importante (Lycée Pierre de Coubertin, GRETA … ) et grâce à la présence de grands groupes tels que Safran.

Audiovisuel

Concentrant plus de 300 cinémas, 45 000 emplois et 50 % des tournages en France, l’Ile-de-France est une région clé de la filière, qui peut aussi constituer un enjeu de développement en Seine-et-Marne autour notamment de Marne-la-Vallée, tant en termes de formation (masters spécialisés de l’UPEM et de l’UGE) que de production.

Filière santé et pharmaceutique

La crise sanitaire a mis au jour la nécessité de retrouver une capacité de production en France en engageant une structuration de la filière et en capitalisant sur ses points forts, à savoir la coopération entre acteurs institutionnels et privés, la capacité à mobiliser des financements pour des projets de santé, et l’utilisation de la donnée en recherche clinique et d’applications digitales à destination de la santé.